Corallorhiza trifida Châtel., 1760

Racine de corail

CARTOGRAPHIE

OPTIONS

   Carte de la répartition par commune
   Carte de la répartition par maille

LÉGENDE

Donnée récente (après 1990)
Donnée ancienne (1957 à 1990)
Donnée historique (avant 1957)
État de l'information dans le système d'information du PIFH à la date de consultation

FICHE DESCRIPTIVE

Nom botanique accepté : Corallorhiza trifida Châtel., 1760
Famille : Orchidaceae
Nom français : Racine de corail
Noms vernaculaires : Corallorhize trifide ; Coralline
Description botanique courte : Plante vivace de 10 à 30 cm, glabre, à souche tortueuse-rameuse en forme de corail ; tige roussâtre, sans feuilles, portant quelques écailles engainantes ; fleurs blanc verdâtre ponctuées de pourpre, petites, penchées, 4 à 12 en épi court et lâche ; bractées minuscules ; périanthe ouvert, à divisions conniventes, presque égales, lancéolées-oblongues ; labelle dirigé vers le bas, étalé, trilobé, muni d'un éperon court en forme de sac et de deux gibbosités basilaires ; anthère libre, mobile, caduque ; deux pollinies subglobuleuses compactes, bipartites, libres, sans caudicule ni rétinacle ; ovaire non contourné, à court pédicelle tordu.
Type biologique : Géophyte
Floraison ou sporulation : Mai-juillet.
Écologie : Plante saprophyte, se nourrissant des matières organiques du sol, ou symbiote du hêtre, pousse dans les hêtraies-sapinières, plus rarement dans les pessières et les mélézins, en sous-bois ombragés et moussus à humus épais, surtout aux étages montagnard et au subalpin où elle atteint 2 200 m.
Position phytosociologique : Geranio-Fagion, Piceion excelsiae, Fagion sylvaticae.
Statut indigénat : indigène (ou natif)
Statut(s) réglementaire(s) : CW II
Statut(s) non réglementaire(s) : ZRADcco, ZRADcal, ZRADc
Menace Rhône-Alpes : LC
Conservation taxon : Semble peu menacé. Activités sylvicoles qui transforment et détruisent son habitat sont les principales causes de sa régression. Ouvertures de pistes, circulation d'engins de débardage qui dégradent les sols, plantations de conifères, coupes forestières brutales et entassement de rémanents et de branchages peuvent porter atteinte à certaines stations. Gestion et exploitation sylvicoles mieux adaptées, préservant davantage les sols forestiers, protégeant les lisières et les clairières ou maintenant des boisements clairs, ainsi que le choix du tracé des dessertes forestières sont nécessaires au maintien de cette espèce.
Citer cette page merci de créditer :
Pôle d'information Flore et Habitats de Rhône-Alpes. 23/10/2017 www.pifh.fr

CHOROLOGIE

Chorologie mondiale : Circumboréale.
Chorologie française : Rare à assez commun à partir de l'étage montagnard dans les Alpes (de la Haute-Savoie aux Alpes-Maritimes). Rare sur le plateau Lorrain, dans les Vosges, le Jura, le Massif central et les Pyrénées où il se rencontre surtout dans la moitié orientale. Présent également en Corse.
Chorologie Rhône-Alpes : Signalé à l'ouest dans les Monts de la Madeleine (Loire). Espèce exclusivement montagnarde située dans tous les départements de l'Est rhônalpin, de l'Ain à la Drôme. Répartie dans le Jura, les Préalpes et les grands massifs alpins. Devient plus rare au sud, dans les Préalpes méridionales du Diois et des Baronnies. Rare dans ses stations, ses populations à éclipses, sont très variables d'une année à l'autre.

LIENS

image wikipedia image inpn image crsf image tropicos image Euro+Med image floraiberica image tela-botanica