Limodorum abortivum (L.) Sw., 1799

Limodore avorté

CARTOGRAPHIE

OPTIONS

   Carte de la répartition par commune
   Carte de la répartition par maille

LÉGENDE

Donnée récente (après 1990)
Donnée ancienne (1957 à 1990)
Donnée historique (avant 1957)
État de l'information dans le système d'information du PIFH à la date de consultation

FICHE DESCRIPTIVE

Nom botanique accepté : Limodorum abortivum (L.) Sw., 1799
Famille : Orchidaceae
Nom français : Limodore avorté
Noms vernaculaires : Limodore sans feuille
Description botanique courte : Plante vivace de 30 à 80 cm, glabre, d'un violet livide, à fibres radicales profondes, nombreuses, épaisses. Tige robuste, sans feuilles, munie d'écailles engainantes. Fleurs violettes à stries plus foncées, grandes, dressées, en épi long et lâche. Bractées grandes, égalant ou dépassant l'ovaire. Périanthe ouvert, à divisions conniventes, lancéolées, les 2 intérieures plus petites. Labelle un peu plus court que les divisions, dirigé en avant, subarticulé, rétréci vers la base, à languette oblongue ou ovoïde concave, crénelée, à éperon en alène, dirigé en bas, aussi long que l'ovaire. Anthère libre, mobile, persistante. 2 pollinies pulvérulentes, indivises, sessiles, réunies par un rétinacle commun. Ovaire non contourné.
Type biologique : Géophyte
Floraison ou sporulation : Mai-juillet.
Écologie : Recherche les milieux secs et chauds sur sols calcaires à neutre : lisières, ourlets forestiers, clairières et boisements clairs, notamment les forêts de Pin sylvestre et les chênaies vertes ou pubescentes, des plaines aux moyennes montagnes, jusqu’à 1 400 m d’altitude.
Position phytosociologique : Quercion pubescenti-sessiliflorae, Cephalanthero-Pinion, Quercion ilicis.
Statut indigénat : indigène (ou natif)
Statut(s) réglementaire(s) : CW II
Statut(s) non réglementaire(s) : ZRADcco, ZRADcal, ZRADc
Menace Rhône-Alpes : LC
Conservation taxon : Les coupes forestières « à blanc », l'ouverture brutale des milieux boisés, la destruction des lisières, les plantations résineuses, et l'urbanisation diffuse constituent les principales menaces pour cette espèce fragile aux effectifs toujours disséminés et réduits. Une meilleure prise en compte de la présence de l’espèce dans les opérations d’aménagements sylvicole et rural peut permettre le maintien de ces populations.
Identification : Possède très peu de chlorophylle et des feuilles engainantes peu développées. S’alimente en symbiose avec un champignon, mais l’observation de parties de son rhizome parfois soudé à des racines d’arbres et d’arbustes le font soupçonner de parasitisme.
Citer cette page merci de créditer :
Pôle d'information Flore et Habitats de Rhône-Alpes. 20/08/2017 www.pifh.fr

CHOROLOGIE

Chorologie française : Assez abondant en région méditerranéenne, d'où elle remonte en contournant le plateau central (à la faveur des terrains calcaires), vers l'ouest jusqu'à la Touraine, les Charentes et le Maine-et-Loire, vers l'est jusqu'à la Lorraine et vers le Nord jusqu'à l'Ile de France et le Pas-de-Calais. Manque dans le Nord, le Massif armoricain, la Normandie et le Nord du Massif central. Ici et là dans d'autres départements.
Chorologie Rhône-Alpes : Observé sur tous les départements à l’exception de la Loire. Fréquent en Ardèche et dans la Drôme, reste encore assez bien représenté dans le sud de l’Isère (Trièves), alors qu’il se raréfie plus au nord, en Savoie, Haute-Savoie et dans l’Ain. Peu représenté dans le Rhône, au sud du Val de Saône (limite de l'Est Lyonnais).

LIENS

image wikipedia image inpn image crsf image tropicos image Euro+Med image floraiberica image tela-botanica